Devenez mécène

Le Barbier de Séville Opéra de Rossini

Accueil
Spectacles
Le Barbier de Séville
Opéra
Production Centre Lyrique Clermont-Auvergne - Reprise avec chœur et orchestre Opéra Eclaté 

Le Barbier de Séville mêle satire des faiblesses de l’homme en proie à des désirs irrépressibles et prouesses musicales.
 L’histoire est celle de Rosina, retenue prisonnière par son tuteur le docteur Bartolo qui veut épouser la jeune fille afin de conserver sa dot. Mais Rosina est amoureuse du Comte Almaviva. Ensemble et grâce à la complicité de l’ancien valet d’Almaviva, Figaro, que Bartolo a engagé comme barbier, ils vont tout tenter pour se rapprocher. Sérénades, duos, et ensembles éclaboussent la comédie de leurs ribambelles de vocalises et de leurs pitreries verbales.
Pour autant, le génie de Rossini tient à cet art physique du crescendo, destiné à faire monter la tension, jusqu’à ce que le public trépigne et explose.

Tout en conservant l'insolence et la légèreté de ce chef-d’œuvre de l’opéra bouffe italien, Pierre Thirion-Vallet livre l’adaptation moderne d’une œuvre indémodable, et nous offre une mise scène au « look fifties ». Dans des décors kitschs très années 50 et une Rosina aux allures de Brigitte Bardot, Pierre Thirion-Vallet donne une belle liberté de jeu aux chanteurs tout en gardant une grande exigence sur le plan vocal.
Le personnage central de cette comédie qui n’est autre que Rosina nargue les hommes depuis sa prison dorée, sûre de la force de son caractère et de la supériorité de son sexe. Dans cet opéra, des hommes autour d’une femme, à l’assaut d’une femme : on chante sous son balcon, on fanfaronne avec peignes et ciseaux, on tempête toujours plus fort qu’on est plus faible, on mime la calomnie qui rampe, on escalade des échelles immatérielles pour femme imprenable...

Production Centre Lyrique Clermont-Auvergne - Reprise avec chœur et orchestre Opéra Eclaté

Les sixties siéent bien au Barbier de Séville, qui se situe à une époque où les jeunes filles n’ont pas encore leur mot à dire, tout en commençant à montrer leurs griffes, et où les costumes sont aussi pimpants que la musique de Rossini ! De ce postulat, Pierre Thirion-Vallet propose une mise en scène à la fois intelligente et vive. Dans un premier temps, le décor de Franck Aracil, qui représente la maison de Bartolo, transformée en une sorte de supérette où l’on retrouve tout le bric-à-brac des trente glorieuses, postes de radio, fers à repasser et autres inventions modernes, paraît bien lourd à gérer, et oblige les scènes de rue à se dérouler devant un rideau fermé. De plus, l’idée d’enfermer Rosine dans un poste de télévision géant pourrait faire craindre un certain statisme. Il n’en est rien, grâce à l’inventivité d’une direction d’acteur précise, habile, qui tire bon nombre de situations vers un burlesque de bon aloi.  Catherine Scholler – resmusica.com

 


Théâtre de l'Usine de Saint-Céré
  • jeudi 03 août 21h00
  • dimanche 06 août 21h00
  • mercredi 09 août 21h00
  • samedi 12 août 21h00

pleinréduitjeune-18ans
série 1544715
série 2363015
série 3231915

Abonnement nominatif : Tarif réduit pour l'achat d'une place pour 4 spectacles
Tarif réduit : Demandeur d'emploi, groupe à partir de 10 personnes
Tarif jeune : Moins de 18 ans, étudiant de moins de 25 ans

© 2013 Opéra Eclaté - Création Pixbulle